3 raisons critiques de ne pas apprendre l’arabe en phonétique

“ Quand l’habitude se contracte, on ne peut plus s’en passer “.

Par facilité, il va s’en dire qu’en tant que francophone, l’utilisation de la phonétique pour apprendre l’arabe est une habitude.

Cependant, je ne vous apprendrais rien en vous disant qu’une habitude peut être bonne ou mauvaise.

↪ Qu’en est-il de privilégier la phonétique au détriment de l’apprentissage de la langue arabe ?

Doit-on se fatiguer, alors même que l’on trouve des exemplaires du Coran en arabe qui contiennent une transcription phonétique couplée à une traduction rapprochée du sens des versets ?

Certaines personnes essaient même de lire le Coran uniquement en phonétique, quand d’autres tentent de le mémoriser à partir de la phonétique.

➡ C’est une erreur.  

Découvrez 3 raisons critiques prouvant qu’apprendre l’arabe en phonétique est une erreur et une mauvaise habitude.

Une mauvaise habitude est comme une mauvaise herbe, il faut l’arracher, sinon elle vous empêchera de progresser.

1ère raison : La phonétique emmène à la faute

Imaginez la langue arabe comme un mets délicieux posé devant vous, une succulente côte de bœuf que vous êtes sur le point de déguster. 

Pour y goûter, vous avez à votre disposition deux couteaux : lisse ou dentelé.

La viande est un aliment délicat, allez-vous utiliser le couteau à lame dentelée, ou plutôt opterez-vous pour celui à la lame lisse et aiguisée ?

La prononciation des lettres arabes est aussi délicate que votre plat et lire en phonétique reviendrait à vouloir couper votre viande avec un couteau à dents.

Etant donné que ce n’est pas sa spécialité, cette lame ne permettra pas de trancher avec délicatesse, ni d’obtenir une coupe nette et propre.

La phonétique produira le même effet. 

Votre prononciation comprendra énormément de fautes et ressemblera à cette côte de bœuf déchiquetée par un ustensile inapproprié.

Ainsi découpé, votre morceau de viande aura un aspect beaucoup moins attirant qui laissera facilement deviner la difficulté de sa découpe.

C’est exactement le résultat que vous obtiendrez en ayant recours à la phonétique : 

  • erreurs de prononciation ;
  • difficultés de prononciation ;
  • difficulté de lecture ;
  • difficulté de compréhension.

Pour ne rien faciliter à notre affaire, chaque version du Coran éditée en phonétique, chaque livre ou chaque ouvrage, à recours à sa propre transcription phonétique.

De ce fait, d’un livre à l’autre, les règles ne seront pas les mêmes.

D’ailleurs, au début de chacun de ces ouvrages, vous trouverez un tableau et des explications sur la méthode de retranscription des lettres et voyelles arabes en lettres latines.

On compte plus d’une dizaine de tables de translittération phonétique, de quoi y perdre son latin arabe !

On peut affirmer sans crainte que 99.99% des personnes lisant avec la phonétique commettent des erreurs de prononciation ; erreurs qui seront très difficile à corriger par la suite, un couteau à dent étant beaucoup plus difficile à aiguiser.

De plus, actuellement il n’est plus nécessaire d’avoir recours à la phonétique.

Pour ma part, je propose toute une série de cours (gratuits) dans lesquels je vous apprends à prononcer chaque lettre de la bonne manière.

2ème raison : L’apprentissage de l’alphabet arabe est facile

Apprendre l’arabe est la seule solution viable à court, moyen et long terme.

Cela revient à utiliser un couteau à lame lisse et acérée pour découper votre côte de bœuf.

Vous acquerrez une langue aiguisée, ainsi qu’une prononciation nette et sans bavure.

Des années en arrière, à une époque pas si éloignée de la nôtre, il était difficile d’apprendre l’arabe seul.

Avec l’avènement d’internet, l’apprentissage de la langue arabe s’est démocratisé et est désormais à la portée de tout un chacun.

Il existe énormément de vidéos permettant d’entendre la prononciation des lettres et de comprendre leur point d’articulation.

Cela vous surprendra peut-être, mais il est même plus rapide d’apprendre l’alphabet arabe plutôt que la phonétique.

Je m’explique.

A partir du moment où la phonétique diffère d’un ouvrage à un autre, il vous faudra sans cesse réapprendre les règles afin de ne pas vous mélanger entre les lettres.

A titre d’exemple, vous pouvez rencontrer la lettre (ج) écrite ainsi en phonétique : djiim. 

Selon cette retranscription, le lecteur comprendra donc qu’il s’agit de la lettre jiim (ج).

Cependant, il existe également une autre transcription de cette lettre qui ne reprend que le “ j “ (jiim), alors que la lettre latine “ d “ est utilisée pour une autre lettre de l’alphabet arabe, la lettre daal (د).

Si vous ne connaissez pas la phonétique sur laquelle s’appuie le livre que vous avez entre les mains, vous risquez de vous tromper de lettre.

Au final, bien qu’elle donne une impression de facilité, la phonétique est trompeuse, car en réalité c’est une perte de temps énorme. 

Il ne suffit que d’une fois pour apprendre l’alphabet et pouvoir ensuite lire en arabe, alors que déchiffrer la phonétique vous demandera toujours un nouvel effort de compréhension et d’adaptation.

Là, nous parlons d’une personne qui prononcerait les lettres a peu près correctement, mais imaginez cumuler une mauvaise prononciation tout en se trompant de lettres… le résultat serait vraiment catastrophique.

A minima, un arabophone ne serait pas en mesure de vous comprendre, mais dans le pire des cas, ce que vous prononcerez n’aura aucun sens ou n’aura aucun rapport avec ce que vous lisez.

3ème raison : Apprendre l’arabe permettra d’accéder à une nouvelle langue, pas la phonétique

Nous venons de voir que miser sur la phonétique amène à faire énormément de fautes et vous demandera plus de temps que d’apprendre l’alphabet arabe.

Ajoutons à cela, que d’un côté, l’effort que vous aurez fourni s’avèrera gratifiant et bénéfique, de l’autre, vous n’obtiendrez aucune nouvelle compétence.

En effet, en apprenant l’arabe, vous aurez la capacité de lire l’arabe littéraire, ainsi que beaucoup de dialectes arabes.

L’arabe est une langue réelle qui a traversé les siècles.

C’est une langue culturelle, religieuse et administrative, alors que la phonétique n’a rien d’honorifique, ni de titre de noblesse.

Avoir recours à la phonétique, c’est être tributaire du travail des traducteurs et de leur volonté, ou non, de mettre à votre disposition des ouvrages en phonétique.

Cela revient également à restreindre considérablement vos possibilités de lecture, car les livres en phonétiques sont peu nombreux en comparaison de tous les trésors qui existent en arabe.

Apprendre l’arabe, c’est sortir de cette dépendance aux traductions, c’est s’ouvrir à une culture et un savoir qui n’est pas disponible en phonétique.

Pour conclure, apprendre la phonétique est pénible et laborieux et engendrera plus de difficulté et d’erreur que de facilité.

Aristote à dit “ Qui peut le plus, peu le moins “.

Ainsi, si vous êtes capable d’apprendre la phonétique qui est une tâche ardue et inintéressante, vous serez facilement en mesure d’apprendre l’alphabet qui est plus simple et beaucoup plus gratifiant.

Si vous souhaitez juger par vous-même à quel point il est facile de commencer à apprendre à lire, consultez nos cours gratuits sur notre site apprendre-larabe-facilement.com.

Ces cours, basés sur une méthode claire et efficace comme l’ensemble de nos programmes, regroupent tout ce dont vous avez besoin pour bien débuter :

  • la prononciation des lettres ;
  • des exercices pour consolider vos acquis ;
  • l’écriture des lettres ;
  • les règles de lecture ; 
  • le PDF “ Apprendre à lire l’arabe “ à télécharger.

Cultivez de bonnes habitudes, mot après mot, lettre après lettre, afin de transformer votre vie, car oui, apprendre l’arabe changera littéralement votre vie, que ce soit dans votre approche de la religion, votre compréhension ou votre ouverture sur le monde arabo-musulman.

Partagez ce post sur les réseaux sociaux :

Retour haut de page